À propos de l'étude

Cette étude comparera les paramètres de l’architecture osseuse (structure et résistance) chez des adultes porteurs du VIH et de nouveaux outils pour mesurer la santé osseuse par rapport aux méthodes actuelles. Les chercheurs de l’étude recrutent des adultes porteurs du VIH qui ont ou non subi une fracture depuis leur diagnostic. Les deux groupes (participants avec fractures et participants sans fractures) seront assortis selon l’âge, le sexe, le statut à l’égard du tabagisme et la race. Cette étude vise à guider la conception d’un éventuel essai d’intervention visant à corriger la perte osseuse accélérée observée au cours de la première année d’un traitement antirétroviral.

À propos de la maladie

La déminéralisation osseuse graduelle est un phénomène normal associé au vieillissement. Les hommes et les femmes subissent en effet une perte osseuse de 0,5 % à 1 % par année après l’âge de 35 ans. Chez les personnes porteuses du VIH toutefois, des études montrent une diminution accélérée de la densité minérale osseuse (DMO), particulièrement au cours de la première année d’un traitement antirétroviral hautement actif (HAART). On a couramment recours à la DMO pour évaluer les risques de fracture et les maladies comme l’ostéoporose (porosité de l’os), une maladie systémique du squelette caractérisée par une diminution de la masse osseuse et une perte de tissu osseux.

Approche de l'étude

Les participants de cette étude devront se présenter à deux visites ou plus à la clinique et subir une série de tomodensitométries osseuses pour vérifier la résistance et la structure de leurs os et une série d’analyses sanguines. Les chercheurs de l’étude compareront les mesures de la DMO aux nouvelles approches de mesure des structures osseuses, y compris par le dosage des taux sanguins de vitamine D, de phosphate, de calcium et d’hormone parathyroïdienne. Les résultats de cette étude permettront de concevoir de futurs essais cliniques en aidant à reconnaître les meilleurs outils d’évaluation de la santé osseuse et les paramètres à utiliser en vue des essais visant à corriger les baisses précoces de la résistance osseuse observées lors d’un traitement antirétroviral.

Critères d'admissibilité

Requis

  • Adultes (âgés de 18 ans ou plus)
  • VIH-1- positivité diagnostiquée par immunodosage enzymatique et transfert Western de contrôle
  • Ne prévoyant pas débuter ou modifier son traitement antirétroviral durant l’étude
  • Ayant subi une fracture :
    • Après le diagnostic de VIH
    • Suite à une chute depuis la station debout ou à un impact qui autrement n’aurait pas entraîné une fracture clinique; ne résultant clairement pas d’un traumatisme majeur (p. ex., accident de la route)

Témoins

  • Adulte (âgé de 18 ans ou plus)
  • VIH-1-positivité diagnostiquée par immunodosage enzymatique et transfert Western de contrôle
  • Ne prévoyant pas débuter ou modifier son traitement antirétroviral durant l’étude
  • Aucun antécédent de fracture
  • Assorti 1:1 avec un cas de n’importe quel site sur la base de l’âge (à cinq ans près), du sexe, de la race (blanche, noire ou autre) et du statut à l’égard du tabagisme (fumeur versus non-fumeur au moment du prélèvement du spécimen de sang archivé chez le patient/témoin)

Interdit

  • Grossesse
  • Participation à une étude sur l’impact d’un agent ou d’une intervention expérimentaux axés sur la santé osseuse

Pour plus de renseignments

Si vous desirez obtenir plus de renseignements sur cette étude veuillez communiquer avec un des sites participants.

Investigateur principal

Voici qui dirige cette étude.

Vous ne trouvez pas ce que vous cherchez ? Envoyez un courriel à ctninfo@hivnet.ubc.ca.

Sites participants

Voici où cette étude est menée.