À propos de l'étude

Cette étude évaluera une intervention de prévention du VIH pour les hommes gais et bisexuels séronégatifs qui éprouvent des problèmes d’anxiété sociale. L’étude allie des modalités empiriques pour l’anxiété sociale et un counselling sur la réduction du risque de transmission du VIH afin de réduire les comportements sexuels à risque dans le contexte du VIH. Les trois principaux objectifs de l’étude sont : 1) fournir des données sur l’acceptabilité et la faisabilité de l’intervention, 2) générer des données pour tester l’intervention et 3) générer des données pour appuyer un éventuel essai clinique randomisé et contrôlé qui vérifiera l’efficacité de cette intervention par rapport aux interventions de prévention du VIH qui ne portent pas sur la réduction de l’anxiété sociale ou de l’utilisation de substances lors de rapports sexuels. Les chercheurs souhaitent développer une étude randomisée plus volumineuse dans le but global de concevoir une forme de counselling efficace pour promouvoir la confiance des individus lors de situations sociales et sexuelles et pour aider à prévenir la transmission du VIH et à réduire les comportements sexuels à risque.

À propos de la maladie

L’anxiété sociale est généralement définie par la manifestation d’une peur ou d’une appréhension d’être jugé lors de situations interpersonnelles. Selon les preuves recueillies, les hommes gais, bisexuels et autres HRSH pourraient être particulièrement sujets à l’anxiété sociale en raison d’un environnement social défavorable durant leur développement. L’anxiété sociale, selon les chercheurs, est un facteur de risque fiable à l’égard des relations anales non protégées (RANP) chez les HRSH. L’anxiété sociale pourrait aussi accroître l’utilisation de substances lors des rapports sexuels, ce qui est un autre facteur de risque à l’égard du VIH chez les HRSH. À ce titre, les chercheurs souhaitent démontrer qu’un traitement empirique pour l’anxiété sociale pourrait aussi réduire les comportements sexuels à risque chez les HRSH.

Approche de l'étude

Le counselling cible globalement les réactions cognitives et comportementales à l’anxiété sociale et leurs effets sur la consommation de substances. Une approche cognitivo-comportementale a été choisie comme méthode de counselling en raison des preuves qui appuient son utilisation dans les cas d’anxiété sociale et pour le traitement combiné des troubles de l’humeur/anxieux et de dépendance aux substances. Les investigateurs souhaitent recruter 20 HRSH séronégatifs. Après une évaluation de départ, les participants se soumettront à dix séances de counselling comportemental hebdomadaires et feront l’objet d’un suivi avec une évaluation post-intervention et des questionnaires pendant six mois. Les évaluations incluront des entrevues et des mesures autodéclarées de l’anxiété sociale, de l’utilisation de substances lors de rapports sexuels et de comportements sexuels à risque.

Critères d'admissibilité

Requis

  • Hommes VIH-négatifs de 18 à 65 ans qui ont eu des relations anales non protégées (RANP) avec au moins un partenaire de sexe masculin séropositif ou dont le statut à l’égard du VIH était inconnu au cours des trois derniers mois.
  • Les participants doivent faire état d’au moins un certain degré d’anxiété sociale lors du questionnaire de sélection relatif à l’anxiété sociale. Les participants n’ont pas besoin de souffrir d’une anxiété sociale cliniquement significative pour être admis.
  • Finalement, les participants doivent faire état de consommation d’alcool ou d’autres substances dans les deux heures précédant ou durant le rapport sexuel au moins une fois au cours des trois derniers mois.

Interdit

  • Les personnes seront exclues si on découvre qu’elles sont incapables de répondre aux questions de l’étude en raison d’une incapacité mentale ou physique ou d’une mauvaise connaissance de l’anglais.

Pour plus de renseignments

Pour plus de renseignements au sujet de cette étude clinique, veuillez vous adresser au site participant.

www.ryerson.ca/thart/lab/studies/

Investigateur principal

Voici qui dirige cette étude.

Vous ne trouvez pas ce que vous cherchez ? Envoyez un courriel à ctninfo@hivnet.ubc.ca.

Site participant

Voici où cette étude est menée.