Recherche sur le traitement, la prévention et l’éradication
DEBUG INFO [ON]
Page template: single-clinical-trials.php
Search terms : 

Clinical Trials

  • Clinical Studies

Perfectionnement de la Gestion Clinique (PGC)


CTNPT 028 : Innocuité, tolérabilité et effets des cannabinoïdes sur la fonction immunitaire

Cannabinoïdes chez les personnes VIH-positives sous TAR efficace : Innocuité, tolérabilité et effet sur la fonction immunitaire

Print Friendly, PDF & Email

À propos de l’étude (objectifs)

Le VIH est associé à des taux plus élevés de certaines maladies chroniques et à un degré relativement important d’inflammation dans l’organisme. La marijuana est dotée de propriétés anti-inflammatoires qui pourraient être utiles pour lutter contre cet état d’inflammation chronique. Il existe aussi des preuves selon lesquelles elle pourrait exercer des effets positifs sur la fonction immunitaire tout en réduisant l’activation immunitaire nocive qui contribue à l’inflammation. L’étude CTNPT 028, se déroule à l’Université McGill. Il s’agit d’une petite étude pilote qui s’attardera principalement à l’applicabilité, à l’innocuité et à la tolérabilité de l’huile de cannabinoïdes chez des personnes vivant avec le VIH. L’étude vérifiera aussi les effets de l’huile de cannabinoïdes sur la fonction immunitaire et l’inflammation.

À propos de la maladie/affection (contexte)

Dans le passé, le cannabis a été utilisé pour gérer la neuropathie et la douleur chronique associées au VIH et pour stimuler l’appétit afin de combattre le syndrome de dépérissement lié au SIDA. Plus récemment, des études menées en laboratoire et chez des animaux donnent à penser que les cannabinoïdes exercent des effets immunosuppresseurs, ce qui réduit l’activation des lymphocytes T, la production de VIH et des marqueurs inflammatoires, ce qui porte à penser que ces drogues naturelles pourraient réduire l’activation immunitaire.

Malgré les effets potentiellement positifs de la marijuana chez les personnes vivant avec le VIH, une seule étude en a testé l’effet sur la fonction immunitaire. Aucune étude n’en a vérifié les effets sur l’inflammation ou sur la taille des réservoirs viraux (la quantité de VIH qui demeure cachée dans les cellules immunitaires).

Approche de l’étude (méthodologie)

Vingt-six participants recevront des capsules orales renfermant de l’huile de cannabinoïdes renfermant des taux fixes de tétrahydrocannabinol (THC) et de cannabidiol (CBD) pendant 12 semaines. La moitié des participants seront assignés aléatoirement au groupe sous dose faible (2,5 mg de THC:2,5 mg de CBD), tandis que l’autre moitié sera assignée au groupe sous dose élevée (5 mg de THC:45 mg de CBD). Les participants du groupe sous dose faible prendront une capsule deux fois par jour pendant une semaine et augmenteront le nombre de capsules selon tolérance jusqu’à concurrence de 10 capsules pour la journée. Les autres participants commenceront par prendre une capsule à dose élevée une fois par jour pendant une semaine et augmenteront le nombre de capsules selon tolérance jusqu’à concurrence de cinq capsules pour la journée. Les paramètres principaux seront la toxicité et la capacité de mener l’étude à terme. Toutefois, on mesurera aussi à l’aide de questionnaires et de prélèvements sanguins les changements affectant la qualité de vie, l’humeur, la fonction immunitaire et l’inflammation.

Critères d’admissibilité

Requis :

  • Personnes ayant une charge virale supprimée depuis ≥ 3 ans
  • Aucune utilisation de cannabinoïdes pendant ≥ 1 mois avant le recrutement, confirmé par un contrôle urinaire de cannabinoïdes négatif au départ.

Critères d’exclusion :

  • Femmes enceintes ou essayant de le devenir;
  • Utilisateurs actifs de drogues intraveineuses;
  • Dépendance à l’endroit de substances;
  • Antécédents d’hypersensibilité à la marijuana ou à des produits renfermant du cannabis;
  • Infection opportuniste ou maladie maligne évolutive;
  • Perte de poids ≥ 10 % au cours des 6 derniers mois;
  • Angine instable ou incident cardiaque aigu au cours de l’année écoulée;
  • Problèmes de santé mentale actuels ou antécédents de dépression psychiatrique (plus prononcés qu’un trouble dépressif ou anxieux mineur);
  • Traitement par antipsychotique;
  • Maladie hépatique évolutive; hépatite B ou hépatite C;
  • Emploi impliquant l’opération de machinerie lourde ou des contrôles de dépistage de drogues (p. ex., pilote ou officier de police);
  • Utilisation concomitante d’hormones anabolisantes, de prednisone, d’IL-2 ou autres agents connus pour leurs effets sur la fonction immunitaire au cours des 8 semaines précédentes.

Sites participants

Centre universitaire de santé McGill
Service des maladies virales chroniques
Hôpital Royal Victoria, site Glen
1001, boul. Décarie
Montréal (Québec)

Renseignements additionnels

Pour plus de renseignements au sujet de cette étude clinique, veuillez consulter l’investigatrice principale.

Investigatrice principale

Dr Cecilia Costiniuk
Service des maladies virales chroniques
Hôpital Royal Victoria, site Glen
1001, boul. Décarie
Montréal (Québec)
Cecilia.costiniuk@mcgill.ca

Latest News

Pleins feux sur les postdocs : Dre Shayna Skakoon-Sparling

| Uncategorized | No Comments

« On aurait tendance à croire que nos prises de décision font suite à une analyse logique des pour et…

Le Réseau au Congrès 2020 de l’ACRV

| Uncategorized | No Comments

Le 29e Congrès annuel de l’Association canadienne de recherche sur le VIH (ACRV 2020) se tiendra cette année du 1er…

Darren Lauscher, Comité consultatif auprès de la communauté (CCC) du Réseau

De la ligne de front : Des personnes vivant avec le VIH s’expriment sur la COVID-19

| Uncategorized | No Comments

Ces dernières semaines, le monde a pris conscience des dangers de la COVID-19. La réponse mondiale pour « aplatir la courbe »…

Le Réseau et la COVID-19

| Uncategorized | No Comments

Depuis plus de 30 ans, le Réseau canadien pour les essais VIH (le Réseau) des IRSC a joué un rôle…

Recherche sur le traitement, la prévention et l’éradication